Vous ne pouvez pas aller voter ?
Pensez à faire une demande de procuration
Cliquez ici pour faire votre demande

Priorité à l’emploi

Définie comme l’objectif numéro 1 du gouvernement, la lutte contre le chômage, fait l’objet de toutes les attentions. Former les demandeurs d’emploi et sécuriser les parcours sont les axes majeurs du travail des socialistes.

Les enjeux

La crise de 2008 a touché de plein fouet notre économie et notre marché du travail. Face aux difficultés structurelles et conjoncturelles que ce dernier a subi, François Hollande a souhaité sécuriser les personnes et les emplois en luttant contre le chômage et la précarité.

Ce que proposent les socialistes

Le gouvernement a fait de la lutte contre le chômage sa priorité et notamment la lutte contre le chômage des jeunes. Plusieurs lois et mesures emblématiques ont été prises dans ce sens : loi de sécurisation de l’emploi (2013), loi relative à la formation professionnelle et à l’emploi (2014) instituant le compte personnel de formation, la relance de l’apprentissage, les droits rechargeables à l’assurance chômage, les emplois d’avenir et les contrats de génération, l’encadrement du temps partiel, la garantie jeunes, la prime d’activité, la lutte contre le décrochage scolaire ou encore les plans de formations prioritaires.

Toutes ces mesures ont pour but de ramener un maximum de personnes en emploi durable et stable. Grâce à la réforme de la formation professionnelle et la promotion de droits personnels, le but est de rendre chacun maître de son parcours professionnel en l’accompagnant tout au long de ce dernier. Le but du gouvernement est de favoriser les formations qualifiantes vers les emplois de demain comme la transition écologique et la transition numérique. Personne ne doit être laissé au bord du chemin. L’économie française souffre d’abord d’un défaut de montée en gamme. La qualité du travail sera notre avantage compétitif. Développer un « Small Business Act » permettrait également de favoriser l’activité économique de nos PME. C’est dans cette voie que nous continuerons d’agir et que nous gagnerons la bataille de l’emploi.

Ce que propose la droite

Pour la droite, c’est le code du travail qui est responsable du chômage. Or c’est confondre deux choses : un code du marché du travail et un code du travail. Le but du code n’a jamais été de lutter contre le chômage mais de protéger les salariés. Il n’y a aucune étude qui fasse le lien entre chômage et code du travail.

Par ailleurs, contrairement à la droite, nous ne priorisons pas la baisse du coût du travail pour retrouver de la compétitivité. Sur le plan de la formation professionnelle, la droite fait le choix d’une formation professionnelle élitiste qui ne bénéficie qu’à quelques uns, contrairement à la gauche qui a fait le choix d’un accompagnement et de formations professionnelles pour tout le monde et notamment les plus fragiles.

Ce n’est pas en dérégulant à outrance et en laissant le marché décider de tout, que l’on fait une politique de l’emploi, c’est en l’encadrant, en le corrigeant et en donnant à tous les moyens de réussir.

Ce que propose l’extrême droite

Le Front national déroule son programme économique et social à partir d’une sortie de la zone euro ainsi qu’une préférence nationale. Deux postulats de base qui nuiraient gravement à notre économie et à notre modèle social. Par ailleurs, le FN juge inutile les emplois aidés et les politiques d’emplois dirigées vers les jeunes. La suppression de ces politiques augmenterait considérablement le chômage et mettrait bon nombre de personnes dans la précarité. C’est un programme de casse sociale que propose le FN.

150 000 emplois d’avenir signés fin 2014
413 000 contrats aidés en 2014
Plan 500 000 formations qualifiantes pour les demandeurs d’emploi d’ici à 2017

Les billets

Compte personnel d’activité : plus simple et plus protecteur
Travail, emploi, formation professionnelle

Compte personnel d’activité : plus simple et plus protecteur

Retrouvez la tribune de Pascale Gérard, secrétaire nationale au Travail, de l’Emploi et à...