Vous ne pouvez pas aller voter ?
Pensez à faire une demande de procuration
Cliquez ici pour faire votre demande

Des moyens d’expression essentiels à notre démocratie

Les enjeux 

Les médias, c’est-à-dire l’ensemble des supports de diffusion de l’information, sont un moyen d’expression essentiel dans notre démocratie et contribuent à la formation de l’opinion publique.

Le monde des médias est aujourd’hui confronté à de nombreuses mutations : information en continu, publications gratuites, déploiement numérique et réseaux sociaux, contraintes financières, concertation, pression sur les rédactions, part donnée au sensationnel…

Dans ce contexte, le Parti socialiste considère comme essentielle l’intervention de la puissance publique pour garantir la liberté de la presse, veiller à sa pluralité et à sa pérennité, tant par des lois que par des aides publiques.

Ce que proposent les socialistes

Symbole de l’indépendance retrouvée des chaines de radios et de télévisions publiques, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel dispose à nouveau du pouvoir de nomination des Présidents des sociétés de l’audiovisuel (depuis 2009, c’était, comme au temps de l’ORTF, le président de la République qui nommait les responsables de l’audiovisuel public). De même,  le CSA a été renouvelé, il est à présent plus ouvert, signant la fin de la Télé-Elysée.

Les socialistes ont fait adopter à l’unanimité l’abaissement de 20% à 2,1% du taux de TVA applicable à la presse en ligne payante à compter du 1er février 2014. Cet alignement des taux de TVA met fin à une incohérence fiscale qui handicapait fortement le développement des services d’information en ligne.

Pour consolider l’indépendance budgétaire de France Télévisions, il a aussi été décidé de sortir l’entreprise,  année après année, d’un financement dépendant du budget de l’état en privilégiant une augmentation de la redevance.

Les socialistes travaillent aussi actuellement à une proposition de loi sur l’indépendance des médias.

Ce que propose la droite

« Au minimum, on peut penser qu’il y a une chaîne de trop dans le groupe France Télévisions. J’ai conscience qu’il s’agira d’un délicat chantier de l’alternance tant les corporatismes sont prégnants dans ce service public ». Nicolas Sarkozy dans « La France pour la vie », janvier 2016, p.131

Par ailleurs, à la page 133 du même ouvrage, il remet en cause l’indépendance du CSA dont il conteste la légitimité à réguler un secteur en lieu et place du gouvernement. Il défend, une nouvelle fois, son système de nomination qui n’a jamais fait consensus.

Ce que propose l’extrême droite

A la page 25 du programme du Front national, on peut lire : « Le fait que les grands groupes de médias appartiennent à des sociétés en étroite relation avec l’État (armement, BTP) pose un vrai problème de liberté; une loi interdira cette possibilité. Dans la même logique, la neutralité politique de l’audiovisuel public devra être réaffirmée ». De belles déclarations qui tranchent avec le traitement au quotidien des journalistes par ce parti : violences lors de manifestations, interdiction de lieux de réunions, menaces, prises à parti en conseils municipaux,…

La désignation des responsables des chaînes publiques de télévision et de radio dépendra d’une autorité indépendante et non plus du chef de l’État ou du gouvernement. Je préserverai l’indépendance de l’AFP et je renforcerai la loi sur la protection des sources.

François Hollande, 2012

En 2016 :

  • la ressource publique totale pour l’audiovisuel s’élève à 3,7 milliards d’euros HT, en progression de +0,4% (14 M€) par rapport à 2015
  • 4 millions d’euros supplémentaires « permettront d’assurer un soutien efficace aux hebdomadaires, bimensuels, mensuels, bimestriels et trimestriels à faibles ressources publicitaires ».
  • Les aides au pluralisme atteindront ainsi 15,5 millions d’euros en 2016
  • Par ailleurs, en 2016, « l’effort de l’État en faveur des radios associatives sera reconduit », à hauteur de 29 millions d’euros.