Vous ne pouvez pas aller voter ?
Pensez à faire une demande de procuration
Cliquez ici pour faire votre demande

La culture : un élément majeur de la construction d’un esprit critique du citoyen

François Hollande le rappelait dans sa campagne pour la Présidentielle : « La culture n’est pas une dimension qu’il faut ajouter aux autres politiques, c’est le cœur d’un projet politique ».

En ces temps où la crise économique accentue davantage les inégalités entre les groupes sociaux et les territoires, engendrant sentiment d’inquiétude et tentation de repli, la culture est devenue l’enjeu principal de notre lutte contre toutes les intolérances et les rejets. Les événements de ces derniers mois et nos dernières campagnes électorales en témoignent. Face à la tentation populiste et xénophobe qui veut un avenir construit sur la peur et l’exclusion des autres, notre combat pour la culture est plus que jamais celui de la République.

Notre société a besoin de l’art, lieu de questionnement et d’éclairage du monde, facteur d’émancipation et de liberté individuelle et collective. Elargir le regard, relier l’artiste et le citoyen sont des composantes essentielles du projet culturel des socialistes.

La culture, comme l’éducation, est un élément majeur de la construction d’un esprit critique du citoyen. Apprendre, se former, c’est explorer toutes ses potentialités, celle de sa raison et celle de sa sensibilité. Eduquer à l’art et à la culture, c’est donner à chacun les moyens de s’exprimer, de comprendre le monde et de prendre part à sa transformation.

Il importe ainsi de développer toutes les formes de transmission et d’éducation à l’art et à l’image. Dans un monde d’inflation des images ou la frontière entre réalité et fiction est ténue, l’apprentissage du discernement et de la lucidité est indispensable à une pleine exigence citoyenne et démocratique.

L’Education artistique et culturelle, priorité du projet des socialistes en faveur de la démocratisation culturelle, est désormais inscrite parmi les enseignements fondamentaux dans la loi pour la refondation de l’Ecole (art.10). Elle fut l’objet central du réaménagement des rythmes scolaire.

Le projet pour la culture des socialistes implique le soutien à la création artistique. Cette attention aux artistes passe par une attention aux conditions d’exercice de leur art et la garantie à leur liberté de création.

Pourtant au rang des libertés fondamentales, la création artistique a été mise à mal cette dernière décennie. De la destruction d’œuvres à l’assassinat des dessinateurs de Charlie Hebdo, les exemples foisonnent.

L’article 1 du projet de la loi de « liberté de création artistique, architecture et patrimoine, rappelle l’inaliénabilité de la liberté de création ».

Je suis Charlie

Les socialistes et le gouvernement ont également répondu aux incertitudes des intermittents du spectacle et en reconnaissant la spécificité de leur métier. Cette reconnaissance par la loi ne peut désormais pas être remise en cause, comme ce fut jusqu’en 2015 le cas, par des partenaires sociaux (MEDEF notamment)

Pour les socialistes, la Culture est une réponse à l’exclusion par la défense de la diversité culturelle, reconnaissant à toutes pratiques et expressions culturelles une égale dignité. Ce qui vaut sur nos territoires vaut pour l’espace désormais mondialisé de l’économie numérique, et notamment pour les industries culturelles (cinéma, audiovisuel, musique etc.)

Dix ans après l’adoption de la convention pour la diversité culturelle à l’UNESCO en 2005, ce combat reste plus que jamais d’actualité

Ce que la droite et l’extrême droite proposent

Le Front national a montré son vrai visage dans sa volonté d’imposer une identité culturelle fantasmée et normée s’inscrivant résolument dans un rejet de la diversité culturelle et artistique.

En ce sens, l’extrême droite fait de son opposition à la culture son premier et principal combat. C’est directement contre les expressions artistiques contemporaines que se sont exprimés Marion Maréchal Le Pen et les candidats FN aux élections régionales contre les FRAC et les œuvres elles mêmes.

Cette tentative de redéfinition populiste a gagné de nouveaux élus du parti Les Républicains des collectivités territoriales. Sous prétexte d’économies face à la crise des finances publiques, certains affichent une réelle volonté de destructions des politiques culturelles.

La réaction unanime et forte des artistes français est le signal d’alarme d’une République en danger.

Il ne faut pas une place pour la culture, il faut toute la place pour la culture !

Olivier PY – Rencontres du PS pour la Culture, Avignon, juillet 2015