Renouveler le projet européen et réorienter l’Europe

Les enjeux

Les crises que traverse l’Europe depuis plusieurs années sont un défi pour le projet européen et pour ses États membres. Soixante-cinq ans après la fondation de l’Union européenne, l’Europe des 28 est confrontée à plusieurs crises : une crise économique (et ses répercussions sociales) d’une ampleur inédite, une crise migratoire et humanitaire, des enjeux sécuritaires face à la menace terroriste ; mais aussi des enjeux environnementaux déterminants, et une crise de confiance et d’adhésion à son projet. L’Europe parvient à un tournant de son histoire. Il revient à présent aux Etats membres, aux citoyens et aux institutions de dessiner son avenir politique, de l’orienter vers plus de solidarité, vers une intégration plus approfondie, de définir les grands projets qui feront de notre continent une puissance globale, à la mesure de sa devise : « Unie dans la diversité. »

Ce que proposent les socialistes

Les sociaux-démocrates ont été portés au pouvoir dans une douzaine d’États membres depuis 2012, renforçant leur capacité à réorienter l’Europe. Ainsi, la lutte contre l’austérité est l’un de leurs combats essentiels : plan de soutien à l’investissement, retour de la croissance par l’investissement et l’emploi, lutte contre l’austérité et ses conséquences dramatiques (comme en Grèce, dont la sortie de la zone euro a été évitée de peu par la France), emploi et formation des jeunes, investissement dans les grands projets (numérique, environnement, transports). En s’opposant à l’austérité, le projet social-démocrate vise à renforcer la cohésion et la solidarité entre les Etats membres permettant à l’Europe d’être à la hauteur des enjeux, notamment en matière d’accueil des réfugiés. Les socialistes ont ainsi pour projet d’approfondir l’intégration européenne, en donnant une nouvelle impulsion politique et sociale à l’Europe y compris en matière de politique étrangère.

Ce que propose la droite

La droite européenne met en concurrence les Etats membres et les citoyens européens, elle renforce les inégalités en imposant des cures d’austérité à des pays déjà durement touchés par la crise économique. Ce sont également des gouvernements de droite qui veulent démanteler l’Europe, en envisageant la sortie d’Etats membres de la zone euro (comme la Grèce) ou de l’Union européenne (comme la Grande-Bretagne). C’est une logique de concurrence et de « chacun pour soi » que porte la droite européenne. 

Ce que propose l’extrême droite

L’extrême droite porte un projet diamétralement opposé à celui des socialistes et profondément anti-européen : sortie de l’euro et retour aux monnaies nationales, rétablissement des frontières intérieures… Elle porte un discours populiste, et très souvent xénophobe, considérant les réfugiés comme une menace pour nos sociétés, alimentant le thème qui lui est cher de la préférence nationale. La démocratie, l’Etat de droit et le respect des droits de l’Homme sont mis en danger là où l’extrême droite prospère, comme en Hongrie. Ce sont les fondements mêmes du projet européen que remet en cause l’extrême droite ; l’union, la solidarité, le respect des droits fondamentaux.