Les droits des femmes et l’égalité réelle, un combat essentiel

Le Parti socialiste a toujours été précurseur en matière de droits des femmes. Il a fait de l’égalité réelle entre les femmes et les hommes une des ses priorités.

Ce que proposent les socialistes

La question des droits des femmes et celle de l’égalité femmes-hommes sont au cœur des valeurs universelles et des principes défendus par le Parti socialiste. Notre parti a été le premier à mettre en œuvre la parité dans ses instances, à instaurer des scrutins paritaires chaque fois qu’il était en capacité de le faire, très récemment encore avec le scrutin binominal femme/homme aux élections départementales faisant ainsi tomber ce bastion encore très masculin. La loi sur la parité femmes-hommes dans les fonctions électives est votée sous Lionel Jospin en 2000.

Le président de la République, François Hollande, met en place dès 2012 le premier gouvernement paritaire avec un ministère puis un secrétariat dédié aux droits des femmes. Le quinquennat est marqué par le vote d’une loi importante sur l’égalité réelle entre les femmes et les hommes en août 2014 pour passer d’une égalité de droits à une égalité de fait. Les sanctions financières à l’encontre des entreprises qui ne respecteraient pas l’égalité salariale sont notamment alourdies. En janvier dernier un plan interministériel ambitieux est lancé pour lutter contre les violences faites aux femmes et mettre en place un numéro d’urgence, le 3919. Le plan pour faciliter et simplifier l’accès à l’IVG atteste de l’importance accordée aux droits des femmes dans la société.

Le Parti socialiste défend la promotion des droits des femmes et l’égalité comme condition sine qua non d’un régime démocratique. A chaque fois que l’obscurantisme frappe, les libertés des femmes sont les premières à reculer. La laïcité constitue une garantie contre toutes les dérives.

Ce que propose la droite  

La promotion des droits des femmes n’est pas défendue de façon univoque selon les candidats des Républicains. En 2012, l’égalité femmes-hommes n’apparaît pas comme une priorité. Sur les 32 propositions de Nicolas Sarkozy, une seule concerne un meilleur équilibre vie professionnelle/vie personnelle avec la création de 200 000 places de crèches. Aux dernières élections législatives, le Parti de Nicolas Sarkozy n’a présenté que 27% de femmes comme candidates à la députation, sa pénalité pourrait passer à 8 millions d’euros.

Ce que propose l’extrême droite

Le Front national propose la remise en cause de droits chèrement acquis. Les propos antiféministes répétés de Marion Maréchal Le Pen sur la suppression des subventions au planning familial et ceux de Marine Le Pen concernant le déremboursement de l’avortement sont une régression pour l’émancipation et l’autonomisation des femmes. Députée européenne, Marine Le Pen s’est d’ailleurs opposée aux avancées des droits des femmes comme elle l’a fait en votant contre deux textes sur l’égalité femmes-hommes, le rapport Estrela sur la santé et les droits sexuels et génésiques (décembre 2013) et le rapport Zuber sur l’égalité entre les femmes et les hommes au sein de l’UE (mars 2014).

L’émancipation des femmes, le droit de choisir leur vie est un combat de la gauche.

Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti socialiste

Une société régie par le Front National est une société contre l’égalité entre les femmes et les hommes, une société qui n’est donc pas démocratique.

Yvette Roudy, ancienne ministre aux Droits de la femme.

Sur le même sujet

Les droits des femmes : un combat socialiste !
Actualité

Les droits des femmes : un combat socialiste !

A l’occasion de la journée internationale de la femme ce 8 mars, retrouvez notre...

Partagez et diffusez