Vous ne pouvez pas aller voter ?
Pensez à faire une demande de procuration
Cliquez ici pour faire votre demande

La reconquête de la biodiversité

Si la social-écologie entend inscrire dans les consciences l’évidence que l’homme est un maillon de son environnement et qu’il est dépendant de ce dernier, la préservation et le maintient en bon état de la biodiversité dans son ensemble sont des objectifs fondamentaux et incontournables de cette entreprise.

Les enjeux

Trop peu mise en avant, la dégradation de la biodiversité a atteint un stade critique. L’exemple de la faune est parlant : en seulement 40 ans c’est un peu plus de la moitié des animaux sauvages qui ont disparu, principalement du fait des activités humaines.

Pourtant la biodiversité nous rend des services aussi importants que méconnus, car ils nous sont indispensables. Ainsi, la biodiversité est une source dans laquelle nous puisons pour tirer notre nourriture, notre eau, et la plupart de nos médicaments en sont issus. Elle permet de stocker le carbone, de produire notre oxygène, de filtrer l’eau, ou encore de limiter les risques d’inondation.

Ce que proposent les socialistes

Avec le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, les socialistes :

  • donnent une valeur législative au principe de solidarité écologique et appliquent à la biodiversité le principe d’action préventive ;
  • créent des zones prioritaires pour la biodiversité et des zones de conservation pour les poissons ;
  • renforcent l’arsenal pour lutter contre la biopiraterie et le trafic d’espèces ;
  • regroupent l’ensemble des structures existantes dans une Agence Française pour la biodiversité aux compétences et aux pouvoirs élargis.

Ce que propose la droite

Là encore en matière de social-écologie, l’action de la droite est marquée par son incapacité à mesurer les enjeux, par son manque d’initiatives, et son rejet des propositions que la gauche a pu formuler.

Les débats au Parlement sur la loi « biodiversité » ont démontré que la droite ne voit pas dans la reconquête de la biodiversité un objet d’intérêt général, et, comme à son habitude, qu’elle préfère défendre certains intérêts particuliers de certaines catégories d’acteurs.