Economie Sociale et Solidaire, 600 000 emplois d’ici 2020

Mardi 7 octobre, le ministre délégué à l’Économie sociale et solidaire s’est rendu au Bureau national du Parti socialiste afin d’y présenter la loi qui sera présenté au Sénat la semaine suivante.

L’économie sociale et solidaire (ESS), un véritable moteur pour l’emploi

Actuellement, l’ESS représente 2,4 millions de salariés en France, dans plus de 200 000 structures.

D’ici 2020, avec les départs à la retraite, ce secteur devra recruter 600 000 emplois.

Il s’agit là d’un secteur en forte croissance puisque ces dix dernières années, l’ESS a représenté 23% des nouveaux emplois contre 7% pour l’économie traditionnelle.

L’ESS agit dans différents domaines, tous porteurs de croissance :

  • l’économie circulaire (recyclage, réemploi des matériaux)
  • la transition énergétique
  • l’économie collaborative et numérique
  • les services aux personnes
  • l’alimentation en circuit-court, aide à la mobilité, domotique, etc.

Une loi au service de l’emploi et de la croissance

La loi portée par Benoit Hamon agira sur trois points :

  • Amplifier le financement des structures et entreprises de l’ESS : une meilleure définition du périmètre de ce secteur, rénovation de l’agrément «entreprise solidaire» pour financer l’uitlité sociale.
  • Donner plus de pouvoir aux salariés : création d’un droit d’information préalable des salariés afin de favoriser les reprises d’entreprises en bonne santé par les salariés, développer le modèle coopératif pour créer 40 000 emplois dans les SCOP en 5 ans, développement des coopératives d’activité et d’emploi (CAE) pour multiplier les salariés-entrepreneurs.
  • Créer de l’emploi dans les territoires en multipliant les Pôles territoriaux de coopération économique pour créer des emplois non délocalisables.