EHPAD, vieillissement : le gouvernement sans ambition et sans projet

15 mars 2018

Le Parti socialiste est solidaire du mouvement social engagé dans les Ehpad par des organisations syndicales qui souhaitent une augmentation des moyens en personnels soignants.

Lors du précédent quinquennat, une loi sur l’adaptation de la société au vieillissement (ASV) a été adoptée qui a permis de mobiliser plus de 750 millions d’euros en faveur de la prévention et de l’aide à domicile. C’était une première étape, le gouvernement Macron-Philippe doit aujourd’hui prolonger cet effort national en s’attaquant désormais au taux d’encadrement en personnel dans les Ehpad.

Dans ce contexte, les choix politiques semblent désormais clairs : d’un côté la situation des Ehpad, de leurs résidents et personnels, de l’autre côté cinq milliards d’euros par an de largesses fiscales octroyées aux plus fortunés. Financer le développement des Ehpad et la politique du vieillissement constitue un devoir humain, un investissement social, territorial, économique.

Personne ne nie l’ampleur du problème qui se pose à la nation en matière de vieillissement de la population. Mais personne ne peut comprendre que le gouvernement refuse obstinément depuis deux mois de recevoir les organisations syndicales qui manifestent aujourd’hui. Ni que, face à ce défi majeur, il n’ait aucun projet, aucune ambition, aucune perspective.

Emmanuel Macron a manifestement un problème avec les seniors. Il les traite comme des privilégiés. Il les précarise avec une augmentation de la CSG. Et il ne consent dans le même temps aucun effort en faveur des Ehpad, méprisant même un mouvement social qui, au final, ne demande qu’une chose : qu’on traite dans notre pays avec dignité les personnes âgées les plus fragiles.