Élections italiennes : un avertissement de plus pour la gauche et l’Europe

06 mars 2018

Les élections italiennes du 4 mars constituent un avertissement de plus pour la gauche et l’Europe. L’abstention, la division de la gauche, une alliance entre droite et extrême droite dans laquelle la seconde devance désormais la première, et bien sûr l’installation du populisme, sont désormais une partie de la réalité européenne.

Au cours de la campagne, la droite et l’extrême droite se sont lancées dans une surenchère xénophobe qui a logiquement conduit à des violences racistes et créé un climat de tension inquiétant. Les socialistes français regardent avec inquiétude la division du camp progressiste, alors qu’une mouvance populiste, réactionnaire et conservatrice est en mesure de gouverner l’Italie.

La reconstruction de la gauche dans toute l’Europe est depuis longtemps à l’ordre du jour, mais elle ne peut plus être menée de manière hâtive, ni repoussée à plus tard. Les socialistes français, touchés comme d’autres par cette crise, sont conscients que cette tâche est aussi difficile qu’indispensable. Ils y prendront toute leur part.