Guinée Équatoriale : le Parti socialiste dénonce la répression contre l’opposition politique démocratique

27 février 2018
Le Parti socialiste dénonce vigoureusement, et à nouveau, la partialité de la justice équato-guinéenne qui a condamné à de lourdes peines d’emprisonnement 146 militants du parti « Citoyens pour l’innovation » pour une tentative présumée d’attentat terroriste contre le président Teodoro Obiang Nguema, au pouvoir depuis pas moins de quatre décennies.
Parti d’opposition allié à la Convergence pour la démocratie sociale, avec laquelle le Parti socialiste partage une longue amitié et une fraternité de combat pour la justice et le progrès, le parti visé par le pouvoir cette fois est châtié pour avoir refusé de se joindre à une coalition conduite par le parti dominant lors de la farce électorale de novembre 2017.
Le Parti socialiste appelle l’Union européenne à condamner avec vigueur les graves manquements aux droits de l’homme en Guinée équatoriale et à envisager des sanctions, sans attendre l’examen périodique du Conseil des droits de l’homme de l’ONU.
Alors que la Guinée équatoriale en est un membre jusqu’en 2019, le Parti socialiste appelle aussi la France à saisir le Conseil de sécurité de l’ONU pour contraindre les autorités actuelles de Guinée équatoriale à libérer tous les prisonniers politiques et à ouvrir un véritable dialogue politique incluant tous les Équato-Guinéens y compris ceux vivant à l’étranger.