L’OURS

L’année 1969 constitue aussi un temps fort dans l’histoire de la gauche non communiste, avec la disparition de la SFIO puis la mise en place aux congrès d’Alfortville et d’Issy-les-Moulineaux d’une nouvelle organisation socialiste, concrétisation des efforts initiés dès la fin de la Guerre d’Algérie, certes avec des hauts et des bas.

C’est dans ce contexte que Guy Mollet crée l’OURS.

L’OURS s’attache à sauvegarder la mémoire et l’histoire du mouvement socialiste.

Il collecte des archives, les classe, les met en consultation.

Membre du Codhos, il participe au réseau mis en place depuis 2000 pour échanger les informations sur les sources et archives du monde ouvrier.

L’OURS fonctionne comme un centre de recherches théoriques et historiques, non seulement sur le socialisme, mais encore sur tous les problèmes humains de notre temps, s’appuyant sur : une bibliothèque et un centre d’archives ; des publications régulières ; des réunions bimensuelles, à son siège, ouvertes aux membres de l’association ; des colloques et manifestations annuels ouverts au public.

Il se fixe comme objet, dans une optique et une démarche humaniste et laïque, la recherche, l’étude, l’information, la publication, l’édition, la diffusion de tout ce qui concerne les problèmes de l’homme et de sa société, aux points de vue politique, social, économique, culturel, historique…

Ni parti politique ni courant de pensée, l’OURS s’interdit de prendre position sur les questions d’actualité et de stratégie politiques, qui ne sont pas de sa compétence.

Lien(s) utile(s)