Logement : là encore, le gouvernement doit sortir du double langage

30 janvier 2018

Le 23e rapport annuel de la Fondation Abbé Pierre rappelle que 4 millions de personnes restent mal logées en France et dresse un réquisitoire contre la politique du gouvernement qui fragilise le modèle de protection des Français.

A son tour, la Fondation dénonce le double langage d’un gouvernement qui d’un côté lance un plan quinquennal pour le « logement d’abord et la lutte contre le sans-abrisme » mais de l’autre diminue de 9,8 % le budget consacré au logement – de 18,3 milliards d’euros en 2017 à 16,5 milliards en 2018.

Une politique gouvernementale marquée en outre par son injustice sociale puisqu’elle s’attaque massivement aux mécanismes de protection de nos concitoyens les plus fragiles avec la baisse des APL et des ponctions financières  sur les organismes HLM qui ne feront qu’aggraver le mal-logement dénoncé par la Fondation.

La publication de ce rapport s’inscrit dans un moment d’inquiétude : alors que 2017 marque un nouveau record dans le choc d’offre engagé sous le précédent quinquennat (497.000 autorisations de logement et 420.000 mis en chantier, soit respectivement +8% et +15% par rapport à 2016), les indicateurs sont en net recul sur le dernier trimestre de l’année (-4% et -3%) et font craindre une inversion de l’effort.

Le Parti socialiste appelle le gouvernement à hisser le logement et la qualité de l’habitat au cœur de ses priorités politiques et à poursuivre et amplifier avec tous les acteurs  la bataille du « logement pour tous ».