Emeric Bréhier : « Lutter contre tous les types de précarité »

Emeric Bréhier a présenté le rapport « La justice au cœur » sur la lutte contre la précarité lors du bureau national du 25 janvier 2016.

Quel est l’objet de votre rapport ?

Le Premier secrétaire a jugé nécessaire d’initier une réflexion en profondeur sur ce que l’on nomme le précariat. Au-delà du constat brut, il s’agit de rappeler ce que la gauche met en place depuis qu’elle est au pouvoir et de contribuer à l’émergence de nouvelles propositions d’actions.

Quels constats établissez-vous sur la précarité aujourd’hui en France ?

Il existe différents types de précarité. Elle touche d’abord les personnes durablement exclues du champ du travail, certaines au chômage depuis plusieurs années. Même si la reprise économique était plus franche, elles auraient du mal à retrouver leur place. C’est à ce public que s’adresse le Président quand il annonce la formation de 500 000 chômeurs de longue durée, afin qu’ils puissent répondre à des opportunités auxquelles ils n’ont pas forcément accès.

Un autre type de précarité est celle qui touche le quotidien. Ce sont des gens qui travaillent, ou sont à la retraite, mais qui n’arrivent plus à faire face à leurs charges. Ils ne touchent pas assez pour répondre aux surcoûts de liés à leurs logements, à l’accès à l’énergie, aux transports, ou même aux soins. Cette précarité du quotidien s’accroît.

Enfin il y a ce que l’on nomme la précarité de l’avenir. C’est le sentiment que l’on a de ne plus permettre à nos enfants de construire leur destin. Et cela concerne donc toute l’éducation, l’accès aux formations supérieures etc. Nous avons ainsi classifié ces précarités, mais il n’existe pas de frontières entre elles.

Comment la gauche agit-elle contre la précarité?

Dans le plan de lutte contre la pauvreté, il y a la mise en place avec les collectivités territoriales de 275000 places d’accueil pour les jeunes enfants, dont 10% réservées aux familles les plus modestes. C’est une mesure que nous soutenons d’abord parce que les places sont trop rares et chères, mais aussi car elle favorise l’accès à l’emploi.

Dans les collectivités territoriales que nous dirigeons, nous mettons en place des politiques d’aide à l’accès aux transports. Or, quand la droite les remet en cause, en supprimant par exemple les transports scolaires gratuits, cela peut représenter une hausse de 1000% du prix pour un enfant dans les familles ! On passe de 12 euros à 300 euros par an pour un lycéen, parfois davantage encore. Quand Carole Delga étend le TER à 1 euro dans toute la grande région Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon, cela participe aussi à cette logique de lutte contre la précarité.

Il y a d’autres mesures dont on attend l’extension ou la mise en œuvre. C’est le cas par exemple des territoires zéro chômeur de longue durée, tels que décrits par la proposition de loi de Laurent Grandguillaume.

Quelles mesures vont avoir une influence significative rapidement ?

La plus symptomatique qui vient de rentrer en vigueur le 1er janvier est celle de la prime d’activité, qui fusionne le RSA et la prime pour l’emploi. On a remarqué que nombre de nos concitoyens ayant le droit au RSA ne le savaient même pas. C’est à cette logique que répond cette prime d’activité. Que les gens aient véritablement accès à leurs droits.

On a mis en place l’extension de la tarification sociale d’EDF par la loi pour la transition énergétique. La loi pour une République numérique étend ce principe à l’accès à Internet. Il est considéré comme un bien essentiel, au même titre que l’eau. Car il est indispensable aujourd’hui dans la recherche d’emploi. Plus encore lorsqu’on est dans une logique de dématérialisation et de simplification.

Sur le même sujet

« La justice au coeur », le rapport d’Emeric Brehier
Actualité

« La justice au coeur », le rapport d’Emeric Brehier

Retrouvez le rapport « La justice au coeur » d’Emeric Brehier 

Les billets

« La justice au coeur » – Discours prononcé lors du Rassemblement des secrétaires de section 2016
Société

« La justice au coeur » – Discours prononcé lors du Rassemblement des secrétaires de section 2016

Chers camarades, chers amis, Avec la protection des Français contre le terrorisme, l’action pour...

Document(s) lié(s)