Néonicotinoïdes : le gouvernement doit agir !

20 octobre 2017

L’Union nationale de l’apiculture française révèle aujourd’hui que l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a autorisé le 27 septembre dernier deux insecticides, le Closer et le Transform, fabriqués par Dow AgroSciences, dont le principe actif est le sulfoxaflor, une substance reconnue comme hautement toxique pour les abeilles, au point même d’être classée comme néonicotinoïde aux Etats-Unis.

Le Parti socialiste exige le retrait immédiat de l’autorisation délivrée à ces deux insecticides. Il interroge par ailleurs l’Anses sur les raisons qui ont prévalu à cette délivrance parfaitement orthogonale avec les orientations fixées dans la loi par la représentation nationale.

Il s’agit là d’un contournement inacceptable de la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, adoptée en 2016, qui prévoit à son article 125 l’interdiction des pesticides néonicotinoïdes, à compter du 1erseptembre 2018, avec des dérogations au cas par cas jusqu’en 2020. Pour renforcer la mise en œuvre de cette loi, le Parti socialiste demande à Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique, de publier rapidement le décret d’application, promis pour début août 2017 et qui n’est toujours pas paru.
Cette information est rendue publique le jour où la revue « Science » révèle que 75% des miels du monde contiennent des néonicotinoïdes, reflétant la contamination des paysages et la mise en danger les abeilles et des insectes pollinisateurs. La veille, une étude publiée par la revue « Plos One » concluait que près de 80% des insectes auraient disparu en Europe au cours des trente dernières années. Ces études confortent le Parti socialiste à poursuivre son action pour faire de la reconquête de la biodiversité un axe fort des politiques publiques en France et en Europe.