Le PS, présent au Printemps de Bourges 2018, salue le choix d’une programmation à parité femmes/hommes

25 avril 2018
Ce mercredi 25 avril, le Parti socialiste, représenté par Jean-Marc Germain, son secrétaire national à l’École, la Formation tout au long de la vie, la Culture et l’Éducation populaire, sera présent au Printemps de Bourges, haut lieu de la création musicale.
Le Parti socialiste salue le choix, avec une programmation artistique paritaire, de placer les femmes au cœur de cette 42e édition dirigée par Boris Vedel. Souvent méconnu, parfois mis au second plan, régulièrement ignoré, l’engagement des créatrices, compositrices, auteures, musiciennes, interprètes doit avoir toute sa place dans chaque discipline artistique.
Ce déplacement constitue d’abord une reconnaissance de la vitalité culturelle de notre pays et un moment d’échanges multiples avec les artistes et les professionnels de la création et de la diffusion musicale. Il est aussi un temps de travail avec les élus socialistes présents à Bourges, pour échanger sur les politiques culturelles à promouvoir comme à défendre lorsqu’elles sont fragilisées par la révision générale des politiques publiques « Action publique 2022 ».
Les socialistes placent la culture au cœur du projet de Renaissance initié au Congrès d’Aubervilliers. Ils souhaitent débattre avec tous les acteurs culturels des enjeux de démocratisation, de développement réel de l’Éducation artistique et culturelle, des propositions culturelles pour la jeunesse, des relations avec la vie culturelle associative, de l’intervention culturelle dans le cadre de la politique de la ville et aussi de la participation directe des citoyens à la vie culturelle (démocratie et droits culturels).
Ce projet culturel portera reconnaissance et valorisation des expérimentations territoriales. Il prendra à bras-le-corps les enjeux du développement économique et des emplois culturels afin de garantir les conditions d’exercice des différents métiers artistiques.
Enfin, les modèles de création et de diffusion artistique confrontés notamment à la transition numérique de la culture seront réinterrogés dans la perspective de la nécessaire protection européenne de la création culturelle.