Pollution de l’air, financements climat : les socialistes sur tous les fronts pour préserver l’environnement

01 octobre 2015

Le Parti socialiste salue les mesures annoncées hier par la Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, Ségolène Royal pour lutter contre la pollution de l’air. Il s’agit d’un enjeu majeur qui touche au quotidien la santé de tous les français, puisque la pollution aux particules fines est, en France, à l’origine de 42 000 décès anticipés par an.

Ces mesures s’attaquent aux causes et proposent des solutions concrètes pour les publics concernés : une prime de 1.000 euros pour changer son chauffage polluant, une enveloppe financière consacrée aux techniques d’épandage agricole… Les limitations de vitesse et la circulation alternée en cas de dépassement des seuils seront facilitées, pour mieux protéger nos concitoyens. Par la loi de transition énergétique votée en juillet, les socialistes avaient rendu possible la limitation de la circulation en cas de seuils de pollution trop dangereux.

Le contrôle des objectifs de qualité de l’air est primordial. Alors qu’en France 948 000 voitures sont concernées par le scandale de tricherie de Volkswagen, le Parti Socialiste se félicite des tests aléatoires annoncés par la Ministre, et appelle à renforcer les moyens de contrôle pérennes pour donner aux exigences environnementales votées les moyens d’être respectées.

Ces exigences environnementales, les socialistes français les portent en dehors de nos frontières. Le Parti socialiste se félicite ainsi de la décision annoncée à la tribune des Nations Unies par le président François  Hollande de porter de 3 à 5 milliards d’euros par an à partir de 2020 la contribution de la France aux financements en faveur du climat.

A quelques semaines de l’organisation de la COP21, les socialistes mettent en pratique la social-écologie.