Projet de loi Finances 2018 : un budget avant tout pour les riches

27 septembre 2017

Edouard Philippe a présenté, aujourd’hui, lors d’un conseil des ministres, le budget 2018. Le Parti Socialiste s’alarme face à la volonté absolue d’être sous les trois pourcents de déficit. Cet objectif est recherché au prix d’une injustice sociale et fiscale certaine.

Pour que seuls quelques-uns bénéficient d’une importante baisse d’impôt, tous souffriront d’une baisse de protection sociale.

Pour que seuls quelques-uns bénéficient d’une importante baisse d’impôt, tous souffriront d’une diminution des services publics.

Pour que seuls quelques-uns bénéficient d’une importante baisse d’impôt, tous souffriront des conséquences de l’austérité.

Le gouvernement a en effet annoncé une suppression de l’impôt de Solidarité sur la Fortune, remplacé par un impôt sur la Fortune Immobilière, à l’assiette bien plus faible et non contraignant pour les ménages les plus riches.

De même, un prélèvement forfaitaire unique sur les revenus du capital va être mis en place dans le seul intérêt des classes aisées qui bénéficieront largement de cette réforme fiscale.

En face, la CSG, applicable pour tous les Français, va augmenter de 1,7 point et les dépenses publiques vont diminuer de 16 milliards d’euros. De nombreux ministères pâtiront de ces coupes drastiques, notamment celui du logement, du travail et des transports.

C’est donc un budget avant tout pour les riches. Il ne fait que suivre la dynamique, enclenchée cet été, d’une politique libérale et droitière, commencée par la baisse des APL, des contrats aidés et des subventions.