Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

    Le PSLe PS

    Reconstruire - 2002-2008

    L'enjeu du congrès de Dijon ? Pour les socialistes, il s'agit d'essayer de tourner la page du 21 avril, où Lionel Jospin s'est retiré de la vie politique. Cinq motions présentent aux militants leurs diagnostics sur la période passées, et leurs propositions pour le futur.

    Celle de François Hollande l'emporte avec 61,37 % des voix. En l'absence de synthèse, le Nouveau Parti socialiste d'Arnaud Montebourg et de Vincent Peillon (16,88%), Forces militantes de Marc Dolez (4,38%), Nouveau monde de Henri Emmanuelli (16,33%) et Utopia de Frank Pupunat (1,05%) ne participent pas à la nouvelle direction, dont François Hollande est le Premier secrétaire. 

    Dans une période difficile pour la gauche, le PS s’efforce de jouer pleinement son rôle de première force d’opposition à la politique du gouvernement Chirac-Raffarin et du MEDEF. Reparti à la conquête de l’électorat populaire, qui lui a fait défaut en 2002, il soutient les luttes des salariés : enseignants, fonctionnaires, chercheurs, salariés du privé victimes de licenciements collectifs, intermittents du spectacle, étudiants. Les socialistes défendent la laïcité, en exigeant l’interdiction des signes religieux ostentatoires à l’école. 

    Au Parlement et dans la rue, il a opposé ses propres propositions de réformes aux mesures de régression sociale voulue par la droite. Cette opposition frontale porte ses fruits. Les élections de l'année 2004 sont historiques pour le parti:

    - Aux régionales, le PS emporte 20 régions sur 22.
    - Aux cantonales, il conquiert, pour la première fois, la majorité des présidences de Conseils généraux (56 contre 49 à la droite).
    - Aux européennes, les socialistes recueillent 28,89 % des voix et 31 sièges au Parlement Européen. Mais le taux d’abstention est de 57, 21 %.
    - Aux sénatoriales, 7 nouveaux sénateurs/trices socialistes sont élus.

    Du 29 mai 2005 au congrès du Mans

    À l’automne 2004 et tout au long de l’année 2005, la question de la ratification du Traité Constitutionnel européen divise profondément les socialistes entre partisans du "oui" et partisans du "non" au référendum annoncé par Jacques Chirac. Fin 2005, les militants socialistes se prononcent pour le «oui» par 58,62 % contre 41,38%. Au terme d’une campagne électorale que les socialistes ont affrontée dans la division, le résultat du référendum du 29 mai 2005 donne une nette victoire au «non» : 54,67 % contre 45,33 %.

    Il se tient en novembre 2005 au Mans, dans un contexte politique fort : des émeutes ont embrasé de nombreuses cités déshéritées de France. Cinq motions se sont présentées aux militants. La motion conduite par François Hollande l'emporte avec 53,5% des voix.

    Après de longs débats, qui se prolongent tard dans le nuit, le congrès s’achève sur une synthèse générale, que refuse toutefois Arnaud Montebourg. Tous les courants du PS se retrouvent dans la direction pour préparer la présidentielle de 2007. François Hollande est réélu Premier secrétaire avec 77,13 % des suffrages exprimés. 

    2006 - 2008 : Campagnes électorales

    Après une primaire rude et très médiatisée, Ségolène Royal obtient l’investiture face à Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius pour la présidentielle. 

    Elle entame sa campagne par une phase d'écoute et de débats participatifs. En février 2007, elle en fait la synthèse : le «Pacte présidentiel» sera le socle politique de la campagne. Qualifiée pour le second tour avec 25% des voix, elle organise un débat télévisé avec François Bayrou pour discuter des points d'accord avec le leader centriste. Le 6 mai 2007, Nicolas Sarkozy remporte l'élection par 53,06% contre 46,94% à Ségolène Royal. 

    Après cet échec, les électeurs de gauche se remobilisent toutefois au second tour des législatives le 17 juin 2007. Le PS obtient 186 députés sur 577, soit 46 de plus qu'en 2002. Des personnalités de la droite essuyent des échecs : Alain Juppé est battu à Bordeaux par Michèle Delaunay.

    Sur cette lancée, le Parti socialiste sort largement vainqueur des élections municipales de mars 2008. D'une part, les Français renouvellent leur confiance aux élus socialistes déjà en responsabilités dans les mairies. Plus encore, le PS conquiert de grandes villes : Toulouse, Amiens, Caen, Reims, Argenteuil… basculent à gauche. Aux cantonales, la gauche gagne plus d’une dizaine de départements. Elle dirige désormais 60% des villes de plus de 100.000 habitants et 20 régions.

    C'est tout le paradoxe de cette période : les socialistes ont perdu la présidentielle et le référendum européen, mais ont remporté des victoires éclatantes lors des scrutins locaux.