Vous ne pouvez pas aller voter ?
Pensez à faire une demande de procuration
Cliquez ici pour faire votre demande

Retirez-vous monsieur Fillon !

22 mars 2017

Des emplois douteux. Un prêt de 50 000 euros non déclaré. Des costumes offerts par un ami. La liste est longue, trop longue, beaucoup trop longue des faits qui vous sont reprochés. Et elle s’allonge sans cesse. Depuis des mois maintenant, vous essayez de vous maintenir à flot. Depuis des semaines, les Françaises et les Français ne trouvent plus les mots pour décrire la surprise et le dégoût qu’ils ressentent.

Alors même que vous veniez d’accorder un tout petit peu de répit au fond lors du premier débat, vous voici à nouveau rattrapé et le pays tout entier avec vous.

Selon Le Canard Enchaîné, vous auriez touché 50 000 dollars monnayant votre conseil pour organiser une rencontre entre des hommes d’affaires et le président russe monsieur Poutine.

Selon le journal Le Monde, le parquet national financier (PNF) a délivré jeudi dernier 16 mars, un réquisitoire supplétif pour « escroquerie aggravée, faux et usage de faux » aux juges d’instruction en charge de l’enquête. Une enquête ouverte pour « détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, complicité et recel de ces délits », élargie au « trafic d’influence » et « manquement aux obligations déclaratives ».

Ce train interminable d’accusations, dont le bruit assourdissant recouvre la campagne, empêche tout débat serein sur le destin de notre pays. Les Françaises et les Français ont droit à ce débat, notre pays a besoin de ce débat. Or, ce débat est aujourd’hui tout simplement interdit de votre fait. Et vous semblez ne pas vouloir le voir et ne pas vous en soucier. Nous vous le disons, la présomption d’innocence ne peut plus servir à justifier votre prétention d’insouciance.

L’exemplarité et la célérité avec lesquelles Bruno Le Roux a présenté sa démission ne font que souligner l’absurdité et la dangerosité avec lesquelles vous vous entêtez, sans aucunement vous soucier des effets délétères de votre obstination sur notre démocratie.

Rien, plus rien ne peut justifier le maintien de votre candidature dans cette élection présidentielle. Tout, absolument tout milite en faveur de votre retrait immédiat.

Encalminée dans des jeux d’ambitions contradictoires, votre propre formation politique ne semble pas en mesure de pouvoir mettre un terme à cette folie qui risque d’emporter avec elle l’honneur et la pérennité de notre République.

Ainsi, nous vous demandons expressément de retirer votre candidature à l’élection présidentielle. Car il en va de la démocratie, de la République et de la France.