Séminaire de rentrée « Se refonder et s’opposer » : retrouvez le point presse du 27 août

Pour Rachid Temal, il s’agissait lors de ce séminaire, de « faire le point, nous regarder, regarder l’avenir » . « L’essentiel maintenant, dans la refondation ou l’opposition, est d’être utile aux Françaises et aux Français« . Le secrétaire national à la coordination, membre de la Direction collégiale provisoire, est également revenu sur le discours prononcé par Jean-Christophe Cambadélis, la veille en introduction du séminaire. La rentrée se fait dans « un monde incertain » tant du point de vue international et national. « Emmanuel Macron est le président le plus impopulaire au bout de trois mois » a souligné Rachid Temal. Entre des sympathisants MODEM défiants, La France Insoumise dans « la pure contestation« , et La République En Marche « qui essaie d’être la majorité et l’opposition« , « nous sommes l’opposition responsable, l’opposition de gauche, l’opposition qui doit rassembler les Français-e-s le moment venu pour proposer l’alternative » .

« Réinventer la pensée socialiste »

Isabelle This Saint Jean et Emmanuel Grégoire ont ensuite présenté la feuille de route, fruit du travail estival de la Direction collégiale provisoire. Cette feuille de route, dont l’objectif est d’organiser la méthodologie permettant la refondation du Parti socialiste, a été présentée et discutée avec les membres des instances lors du séminaire. « Nous avons conscience de la gravité de la situation de notre force politique, de la nécessité d’une refondation profonde à la fois dans les modalités de son organisation et, au-delà, dans la nécessité de repenser notre corpus idéologique. Nous sommes toujours socialistes, mais nous ne pouvons plus l’être comme avant, nous avons à réinventer la pensée socialiste« , a déclaré Isabelle This-Saint-Jean.

S’appuyant sur près de 800 propositions émanant des militant-e-s, la feuille de route sera soumise au vote du Bureau national le 4 septembre, puis à celui des militants le 28 septembre prochain.

Emmanuel Grégoire est quant à lui revenu sur les deux annonces majeures de cette feuille de route. D’une part, « il est indispensable de prendre un temps long, sincère, méthodique, de réflexion sur ce que nous sommes, sur le sens de l’action que nous avons menée pendant notre quinquennat, notre primaire, notre campagne présidentielle, avec ses succès et ses échecs ». Ainsi, la feuille de route propose que des « assises » soient organisés lors d’une longue séquence qui s’étendra jusqu’à la fin de l’année.

D’autre part, il est proposé aux militants, via la feuille de route, de changer nos statuts « et de ne plus jamais donner le spectacle de congrès qui ne sont plus des débats de fond, mais des moments d’écuries et de conciliabules« . Un processus de convention statutaire pourrait être engagé afin de fixer de nouvelles règles pour un parti « plus moderne, plus agile, plus mobile, parfois plus discipliné ». Si les adhérents retenaient cette option, c’est à l’issue de ce processus que se tiendrait un « Congrès de refondation ».

« Nous avons eu le plaisir de travailler tous ensemble, dans la diversité de ce que nous représentons, avec un fil rouge : nous avons une grande histoire, nous devons essayer de préparer un grand avenir », a conclu Emmanuel Grégoire.

Le PS déjà au travail !

En parallèle de ce travail de refondation, les secrétariats nationaux préparent d’ores et déjà plusieurs campagnes pour cette rentrée, a annoncé Rachid Temal. Dans les semaines à venir, le Parti socialiste agira donc contre la casse sociale et la Loi Travail, contre la casse territoriale qui se prépare, contre les inégalités fiscales dont témoignent l’augmentation de la CSG, la baisse des APL et … la diminution de l’ISF ! Mais le Parti entend également se mobiliser sur les questions de la Jeunesse et de la nécessaire relance de l’Union européenne.