SYRIE : Urgence internationale : les lignes rouges sont franchies depuis trop longtemps

20 février 2018

En ce mois de février 2018, le conflit en Syrie continue de frapper massivement la population civile.  Enclavés dans les quartiers de la Ghouta, à l’Est de Damas, les Syriens sont victimes des bombardements massifs des forces syriennes fidèles à Bachar Al Assad appuyées par l’aviation russe. A Idleb, le régime syrien est soupçonné d’avoir à nouveau fait usage d’armes chimiques. A Afrin, il est sur le point d’entrer en conflit ouvert avec les forces turques, au détriment des alliés kurdes de la Coalition internationale contre Daech.

Le Parti socialiste considère que la Russie n’est pas parvenue à mener la dictature de Bachar Al Assad à la désescalade des violences et à la négociation véritable. Le PS exprime sa vive préoccupation face aux incidents récents entre la Russie et les États-Unis d’une part, entre l’Iran et Israël d’autre part, sur le théâtre de guerre syrien désormais internationalisé.

Face à la gravité de la situation, le Parti socialiste demande aux autorités françaises d’obtenir la convocation d’urgence du Conseil de sécurité pour condamner unanimement les opérations militaires en cours, permettre les évacuations humanitaires des zones assiégées et relancer le dialogue dans le seul cadre du processus de Genève sous l’égide de l’ONU.