10 mai 1981

Après avoir voté, je suis parti de mon village pour me rendre à Montpellier et retrouver les camarades qui avaient fait campagne et avec lesquels je partageais les combats politiques depuis de nombreuses années. Dès le résultat connu, je me suis rendu à la préfecture en compagnie d'un ami conseiller général au volant de mon ami 8 citroën et, dans un élan d'enthousiasme révolutionnaire, je suis entré dans la cour de celle-ci avec mon véhicule d'assaut. Cela représentait pour nous le symbole de la libération des énrgies locales et l'attente de la décentralisation que nous appelions de nos voeux depuis des lustres. Deux ans après, j'ai été élu maire de mon village. Je le suis toujours comme je suis toujours membre du parti socialiste et j'ai toujours mon ami 8 qui n'a pas démarré depuis longtemps, à l'image, hélas, de notre parti.

Comment qualifieriez-vous cette suggestion?
Veuillez vérifier votre e-mail pour activer votre compte.