Retraites |  Ensemble, disons non à la réforme Macron !

Retraites | Ensemble, disons non à la réforme Macron !

Depuis début décembre, les socialistes sont mobilisés, aux côtés des forces sociales, pour s’opposer à la réforme des retraites annoncée par le gouvernement.

Plus d’un million de personnes se sont retrouvées le jeudi 5 décembre dans des cortèges organisés par les forces syndicales dans toute la France. Cette mobilisation, au premier jour, dépasse celle de 1995.

Les manifestations se sont déroulées à Paris et dans les grandes villes du pays, mais aussi, et c’est très significatif de l’ampleur du mouvement, dans de nombreuses villes moyennes.

Elles sont la conséquence de l’impasse dans laquelle le gouvernement plonge le pays avec une réforme dont chacun a compris qu’elle n’améliorerait pas sa vie au moment de sa retraite. Des avocats aux infirmières, des enseignants aux salariés du privé, ils étaient aujourd’hui en grève ou dans la rue.

Notre système de retraites est notre bien commun, nous devons le préserver et l’améliorer. C’est pour cela que nous demandons au gouvernement de prendre en compte notamment la pénibilité au travail – que nous avions instaurée pour un quart des Français et qu’il a largement amputée en 2017 -, les carrières discontinues et la nécessaire évolution des retraites des femmes.

Nous défendons en somme l’idée d’une retraite en bonne santé égale pour toutes et tous, que l’on soit ouvrier, cadre ou dirigeant. La retraite ne doit pas être un temps sacrifié de notre vie.

Mais cette mobilisation n’est pas seulement dirigée contre la réforme des retraites. Elle traduit surtout l’expression d’un ras-le-bol face à la politique d’un gouvernement qui précarise les plus pauvres et envoie la classe moyenne dans le mur.

Nos concitoyens ne s’en sortent plus. Ils ont besoin de ne plus subir la peur du déclassement, de sentir que leur vie quotidienne peut s’améliorer. Leur demande d’une retraite juste, c’est en réalité l’aspiration à un travail qui paie, à un salaire, à un pouvoir d’achat dignes.

Nous serons, avec nos élus, nos militants et nos sympathisants, disponibles dans les jours qui viennent pour, aux côtés des forces sociales, amplifier ce mouvement et proposer des mesures alternatives pour permettre à chacun.e de vivre mieux.