CETA : Nous voulons débattre maintenant !

Le président de la République serait-il tenté de mettre sous le tapis la question essentielle de la ratification du CETA, le traité de libre-échange commercial entre l’Union européenne et le Canada en en repoussant à nouveau l’examen parlementaire d’une année supplémentaire ?

Alors que le gouvernement laisse prospérer ce traité, contraire aux accords de Paris sur le climat, depuis plus d’un an, il tente désormais d’esquiver le débat à la veille des élections européennes. Une façon de ne rien dire de l’Europe qu’il veut, tout en prétendant en être le champion.

Pour leur part, les socialistes revendiquent une nouvelle approche du commerce international menée dans la transparence et sous le contrôle des parlements. Plus d’accord de libre-échange en échange de rien. Nous sommes favorables à l’ouverture et aux justes échanges entre les pays et les peuples, mais à condition que ces accords respectent les droits humains, préservent la santé, la biodiversité et les équilibres écologiques, éliminent le dumping social et fiscal. C’est le sens du rejet du CETA, en février 2017 par les députés européens du Parti socialiste, et de notre projet pour l’Europe. Nous combattrons tous les traités qui ne répondraient pas à cet impératif.

L’Europe peut imposer ses règles à une mondialisation devenue déloyale et destructrice de l’environnement en faisant des règles de l’Organisation internationale du travail ou des accords de Paris sur l’environnement des standards auxquels aucun accord ne saurait déroger.

Nous demandons à débattre maintenant.