Face à l’urgence humanitaire, le Parti socialiste demande un droit d’asile européen

25 septembre 2018

Une fois encore l’Aquarius se voit fermer les ports d’un continent de 500 millions de citoyens, avec à son bord 58 personnes dont la moitié sont mineures. Une fois encore, la France détourne le regard et reste les bras croisés, brandissant le droit de la mer au détriment des droits de l’homme les plus élémentaires. Une fois encore, la solution sera venue des gouvernements socialistes du Portugal, de l’Espagne et de Malte.

Combien de fois devrons-nous encore assister, passifs, à cet insupportable spectacle ? Comment Emmanuel Macron pourrait-il faire barrage au populisme de Salvini et Orban quand la France adopte la même attitude vis-à-vis des bateaux de réfugiés ?

Face à l’urgence humanitaire, le Parti socialiste réitère sa demande quant à la constitution d’une liste de ports de destination, situés dans plusieurs pays du bassin méditerranéen. Il faut dès à présent porter une proposition ambitieuse de répartition des demandeurs d’asile entre pays de l’Union, créer une agence européenne du droit d’asile et en finir avec les accords de Dublin qui font porter la charge de l’accueil sur quelques pays.