Le Parti socialiste condamne les propos du Premier ministre slovaque sur l’islam

27 mai 2016

Alors que la Slovaquie va prendre la présidence tournante de l’Union européenne le 1er juillet prochain, le Premier ministre de ce pays, Robert Fico, par ailleurs président du SMER-SD membre du Parti socialiste européen, a estimé dans une déclaration publique que l’islam n’avait pas sa place en Slovaquie.

Suspendu en 2005 du PSE et du groupe social-démocrate au Parlement européen pour s’être allié avec un parti national populiste, le SMER a récidivé malgré des mises en garde multiples.

Si la droite européenne s’accommode d’un Viktor Orban en son sein, la social-démocratie européenne qui a toujours lutté contre le national-populisme refuse toute compromission rhétorique ou politique avec les idées d’exclusion et de division qui sont l’essence de l’extrême droite. C’est aussi l’inverse de ce qu’est l’Europe que nous voulons construire.

Le Parti socialiste dénonce fermement les propos de Robert Fico et s’inquiète d’une telle orientation alors que la Slovaquie va présider l’Union européenne.

Après le vote autrichien où l’extrême droite a représenté près de 50 %, alors qu’en Pologne, en Hongrie ou en Croatie, et au Danemark la xénophobie, le révisionnisme historique et l’europhobie ont le vent en poupe, il nous faut dénoncer ces dangers où qu’ils se trouvent et renforcer une Europe sociale inclusive qui est la seule réponse.

Le Parti socialiste demande au Président du Parti socialiste européen et aux partis membres de la famille social-démocrate européenne de prendre les mesures qui s’imposent face à cette grave dérive.