Pour le Parti socialiste, la lutte contre la maladie d’Alzheimer est une priorité assumée par le Gouvernement

21 septembre 2016

Dans le cadre de la 23ème journée mondiale de lutte contre la maladie d’Alzheimer, le Parti socialiste souhaite réaffirmer sa solidarité avec les 900.000 français affectés par cette maladie et les 4 millions de nos concitoyens directement concernés au quotidien par la maladie d’un proche.

Paradoxalement, la croissance du nombre de malades est la conséquence directe d’une évolution positive : celle de l’allongement de la durée de la vie. Et, si cette maladie n’a pour l’heure trouvé aucun traitement permettant de ralentir sa progression, de fragiles espoirs existent toutefois d’une stabilisation à terme de sa prévalence.

Au-delà des progrès de la recherche, tout doit être fait par la puissance publique pour soutenir et accompagner les malades et leurs familles.

C’est ce qu’a fait le Gouvernement en déployant pour la période 2014-2019 un Plan Maladies Neuro-Dégénératives fort de 96 mesures concrètes brassant l’ensemble des aspects de la recherche à la vie quotidienne des familles.

C’est ce qu’a fait le Gouvernement en créant pour la première fois dans notre pays un soutien financier à l’attention des aidants familiaux, proches et/ou conjoints directement affectés par la maladie d’un proche.

C’est ce qu’a fait le Gouvernement en continuant le déploiement des unités spécialisées (accueil de jour, PASA, UHR) dans les Ehpad.

C’est ce qu’a fait enfin le Gouvernement en mobilisant plus de 400 millions d’euros cette année pour améliorer l’APA à domicile notamment en direction des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Le Parti socialiste ne méconnaît pas les efforts qui restent à accomplir en améliorant notamment, demain, le soutien financier aux personnes hébergées en Ehpad.