Politique économique et sociale

Dans une tribune publiée dans Libération le 9 Juin 2015 (« la concurrence peut servir la gauche », Jean Tirole et Etienne Wasmer répondent qu’être progressiste c’est «partager un socle de valeurs et d’objectifs redistributifs ».

Une politique économique de gauche doit se préoccuper de cohésion sociale, de participation à la vie en société, d’égalisation de tous les pouvoirs, objectifs auxquels on peut ajouter la transformation écologique et, plus généralement, le juste héritage légué aux générations à venir.

La crise du Covid-19 interpelle, sur ses effets à longs termes, notamment la dette que la crise sanitaire et économique n’a pas fini de créer et que nous laisserons en héritage à nos enfants.

Pour autant, cet instant si particulier de notre histoire, doit nous conduire à réfléchir au sens même de l’économie, et à ne pas hésiter à remettre en question les vieux dogmes du libéralisme, dont la crise a démontré la fragilité, et à proposer des solutions qui allient viabilité économique, justice sociale et transition écologique.

Dans ce contexte, la section soutient les propositions de :

  • Rétablissement de l’ISF, et remise à plat de la fiscalité, en supprimant l’assistanat des plus riches,

    • Introduire une plus grande progressivité de l’impôt,

    • Taxer les hauts patrimoines non productifs,

    • Modifier le système d’attribution des aides publiques aux entreprises, pour qu’elles profitent à

      l’emploi, à la transition écologique, à l’investissement social et à la qualité de vie.

  • Mise en œuvre du Revenu universel de base, en simplifiant les dispositifs existants et étant plus à l’écoute des bénéficiaires. C’est un enjeu de cohésion social et de solidarité.

  •  Donner priorité à l’investissement social, par :

    la formation,
    l’accompagnement,
    la mobilité,
    la création d’emplois aidés de retour à l’emploi,

  • Réguler la rémunération du Capital au profit du travail et de la rémunération des travailleurs. Le financement des actionnaires atteint un tel niveau, qu’aux USA, la bourse retire plus d’argent à l’économie qu’elle n’en apporte. Il convient donc de taxer plus fortement les dividendes des entreprises, ainsi que le rachat par les entreprises de leurs propres actions.

    • Plafonner les rémunérations des dirigeants d’entreprise

    • Encadrer les écarts de rémunération entre hauts et bas salaires,

    • Réduire jusqu’à supprimer les écarts de rémunération homme/femme,

    • Revaloriser les minimas sociaux

  • Soutenir l’économie familiale et solidaire, l’artisanat, les coopératives et les systèmes mutualistes et associatifs.

  • Soutenir la construction et/ou la rénovation de logements décents, prenant en compte les nouvelles contraintes énergétiques et écologiques, en :

    • Encadrant les loyers dans les zones tendues,

    • Mettant fin à la location des passoires énergétiques,

    • Investissant dans le logement social et très social, avec un objectif de mixité sociale,

    • Rétablir les aides personnalisées au logement.

  •   Réengager l’Etat dans le soutien aux Territoires, pour

    • Maintenir le maillage ferroviaire des territoires,

    • Développer le ferroutage et limiter la circulation longue distance des camions,

    • Développer les pratiques de démocratie locale et d’expression des citoyens.

 

Signataires :

Membres de la section "Escalquens-Belberaud".
Réunion de section du 7 octobre 2020.

Les derniers signataires

0

sur 500 soutien

Voulez-vous signer?