Nos Partenaires

Parti socialiste européen

Le Parti socialiste européen (PSE) est un parti politique européen regroupant les partis socialistes, sociaux-démocrates et travaillistes d’Europe. Son groupe politique est le deuxième en taille au Parlement européen après les élections de 2004 et de 2009, 188 députés en septembre 2012, 190 en 2014. Le PSE a été fondé en 1992.

Le Groupe S&D compte 190 eurodéputés et il est le seul groupe politique au Parlement européen composé de représentants de tous les 27 États membres de l’UE. Les délégations S&D nationales œuvrent ensemble à la promotion des valeurs sociales démocrates européennes.

Il a fait partie de la majorité au Parlement européen avec le groupe PPE-DE (Parti populaire européen et Démocrates européens), mais a rompu cet accord de coalition pour mieux travailler à des alliances durables avec l’ensemble de la gauche.

Issu de la gauche gouvernementale réformiste, son allié traditionnel est le Parti vert européen.

Son Président est l’ancien Premier ministre socialiste bulgare Sergueï Stanishev. Le 1er Vice-Président est Jean-Christophe Cambadélis.

Le dernier Congrès du PSE s’est tenu à Budapest en juin 2015. À cette occasion, une nouvelle équipe dirigeante a été élue et une résolution promettant un retour aux valeurs progressistes qui sont au cœur du projet européen a été adoptée.

Le Conseil de Lisbonne en décembre 2017 a vu l’adoption d’une résolution qui permet aux socialistes européens d’apporter les bonnes réponses face à la crise, au repli identitaire et aux défis environnementaux. Le site du PSE

 

Fondation Jean-Jaurès

Première des fondations politiques françaises et proche du Parti socialiste, la Fondation Jean-Jaurès agit depuis vingt ans pour construire un monde plus démocratique, inventer les idées de demain et comprendre l’histoire sociale et ouvrière.

Avec son réseau de fondations et de partis politiques de gauche dans plus de cent pays, la Fondation Jean-Jaurès mène des actions dans le monde entier pour favoriser les processus démocratiques, former le personnel politique et soutenir les initiatives les plus prometteuses.

Lieu de réflexion, de dialogue et d’anticipation, où débattent responsables politiques, syndicaux ou associatifs, universitaires et experts, la Fondation Jean-Jaurès contribue au renouvellement et à la diffusion des idées progressistes. A travers des publications et des manifestations, elle met cette production intellectuelle et politique au service de chacun.

La Fondation Jean-Jaurès accomplit un important travail de valorisation de l’histoire socialiste, grâce à un centre d’archives sans équivalent en France, à la numérisation de milliers de documents et à la mise en perspective historique de l’actualité dans des publications ou des manifestations.

La Fondation Jean-Jaurès, créée par Pierre Mauroy, a été reconnue d’utilité publique en 1992.

Le site de la FJJ

 

 

L’OURS

L’année 1969 constitue aussi un temps fort dans l’histoire de la gauche non communiste, avec la disparition de la SFIO puis la mise en place aux congrès d’Alfortville et d’Issy-les-Moulineaux d’une nouvelle organisation socialiste, concrétisation des efforts initiés dès la fin de la Guerre d’Algérie, certes avec des hauts et des bas.

C’est dans ce contexte que Guy Mollet crée l’OURS.

L’OURS s’attache à sauvegarder la mémoire et l’histoire du mouvement socialiste.

Il collecte des archives, les classe, les met en consultation.

Membre du Codhos, il participe au réseau mis en place depuis 2000 pour échanger les informations sur les sources et archives du monde ouvrier.

L’OURS fonctionne comme un centre de recherches théoriques et historiques, non seulement sur le socialisme, mais encore sur tous les problèmes humains de notre temps, s’appuyant sur : une bibliothèque et un centre d’archives ; des publications régulières ; des réunions bimensuelles, à son siège, ouvertes aux membres de l’association ; des colloques et manifestations annuels ouverts au public.

Il se fixe comme objet, dans une optique et une démarche humaniste et laïque, la recherche, l’étude, l’information, la publication, l’édition, la diffusion de tout ce qui concerne les problèmes de l’homme et de sa société, aux points de vue politiques, sociaux, économiques, culturels, historiques…

Ni parti politique ni courant de pensée, l’OURS s’interdit de prendre position sur les questions d’actualité et stratégie politiques, qui ne relèvent pas de sa compétence.

Le site de l'Ours

 

Les Jeunes Socialistes

Le Mouvement des Jeunes Socialistes est un mouvement politique de jeunesse. Autonomes du Parti Socialiste, présents sur tout le territoire, les Jeunes Socialistes élisent leurs représentants, et construisent leurs propositions.

Ils soutiennent la gauche au pouvoir tout en s’appuyant sur leurs propositions : partage du temps de travail, mariage pour tous, droit de vote des étrangers, autonomie des jeunes, protection des biens communs, attestation de contrôle d’identité, libertés numériques, égalité des genres, 6e République, révolution fiscale et écologique, nouveau modèle de développement.

Le site des Jeunes socialistes

 

Institut François Mitterrand

Dès la fin de son premier septennat, François Mitterrand s’est soucié de définir un lieu de rencontre où les chercheurs trouveraient une bibliothèque et des archives, et qui serait appelé à devenir un centre d’études pour la connaissance de l’histoire de notre temps.

Des projets ébauchés d’abord en 1985-1986 puis repris dans les derniers mois du second septennat ont abouti à la création d’une fondation dite “Institut François Mitterrand”, reconnue établissement d’utilité publique le 4 avril 1996. L’IFM, selon ses statuts, « a pour but de contribuer à la connaissance de l’histoire politique et sociale de la France contemporaine, en se référant notamment au rôle national et international joué par François Mitterrand aux diverses étapes de sa carrière politique et de son engagement militant en faveur des valeurs républicaines, des libertés individuelles et collectives, des droits sociaux et humanitaires, des solidarité entre les peuples et les nations. »

Le site de l'Institut Mitterand

 

HES

Homosexualités et socialisme (HES) est une association de réflexion et de proposition sur les questions lesbiennes, gaies, bi et trans créée en 1983. Proche du Parti socialiste, HES rassemble des militants et sympathisants de toute la gauche parlementaire.

L’association entretient des relations avec ses homologues européens, avec lesquels elle a fondé le réseau Rainbow Rose, qui bénéficie depuis 2006 du statut d’organisation observatrice du Parti Socialiste Européen. Elle est membre de l’Inter-LGBT et de la section « Europe » de l’International Lesbian & Gay Association (ILGA-Europe). Elle participe à la Marche des Fiertés LGBT et à la marche contre le SIDA. Elle participe également aux manifestations organisées par le Parti socialiste au niveau national (Congrès, Universités) et fédéral (Fête de la Rose, commissions fédérales). Elle compte plusieurs groupes locaux, à Brest, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Orléans, Strasbourg, Toulouse, Bordeaux…

L’association aborde tous les sujets qui concernent directement ou non les personnes LGBT : éducation, famille, droit d’asile ou au séjour, santé, lutte contre les discriminations, PACS, questions trans, droits européens, spécificités lesbiennes, et harmonisation positive. Ces thématiques sont abordées dans le cadre de commissions et font l’objet de dossiers complets reprenant la vision philosophique du sujet traité, les cas concrets, les propositions législatives et réglementaires.

Elle a été présidée par Jan-Paul Pouliquen (1983-1986), Philippe Ducloux (1986-1993), Stéphane Martinet (1993-1997), François Vauglin (1997-2002), Franck Daloz (2002), Alexandre Carelle (2002-2007), Gilles Bon-Maury (2007-2012), Denis Quinqueton (depuis septembre 2012) a été réélu en janvier 2016.

Le site d'HES